EDITO - sens du Search Machine

 

INNOVATION SOLIDAIRE

Les incubateurs sont devenus des maillons familiers dans le processus de création d'entreprise. Ils se développent essentiellement autour des secteurs de technologie de pointe et de la communication. Pendant ce temps, qui « incube » les idées de ceux qui n'en ont pas ? Personne, car les idées valent de l'or et chacun les garde pour soi. Les Silicon Valley en général ne s'intéressent pas aux « idealess people ». Les incubateurs traitent les idées germées mais ne les sèment pas.

Le triste constat est celui de l'individualisme dans le traitement fonctionnel et institutionnel de l'innovation. L'effort d'innovation, géré sans notion de don et de partage, dans une perspective de développement social et économique, devient une simple goutte d'eau dans la mer. A quand un « Idealab » pour tous, et pour les pauvres en particulier ? Le rôle de Philo's Force, en tant qu'incubateur social, prend ici tout son sens.

C'est en éclairant les esprits démunis, en se faisant calife à la place du calife, que l'on met véritablement l'innovation en ordre de marche. Car les idées ne sont pas à la portée de tous. La plupart des gens se montrent doués pour appliquer les idées toutes faites, mais peu savent les ficeler ou les débusquer. Nous levons les tabous qui pèsent sur l'assistanat en la matière et proposons de servir les idées sur un plateau à ceux qui en manquent ... pour trouver des solutions, améliorer leurs affaires, ou lancer un projet.

Il ne suffit pas de soutenir l'amorçage des projets en épaulant les porteurs. Il faut parvenir à suggérer les idées à partir du néant, leur donner corps et leur trouver un porteur. Et pour aller plus loin, il ne suffit pas de donner naissance à des idées, mais de les faire circuler, les adapter, leur trouver un cadre démultiplicateur, une niche d'incubation adaptée et un champ d'application favorable à l'intégration sociale.

 

INTUITION

Le valorisation de l'intuition est en vogue. Considérée comme un outil d'optimisation du management, la capacité d'intuition vient compléter et jusqu'à concurrencer l'analyse rationnelle. Les stratégies RH, d'abord méfiantes à l'égard de ce concept flou et un peu ésotérique, s'y penchent de très près. A en croire la littérature sur le thème, l'intuition s'inscrirait dans les méandres de l'intelligence émotionnelle et ferait même partie des incontournables facteurs de succès des entreprises leader.

En effet, il y a pléthore d'exemples de personnalités d'autodidactes célèbres, de profils de PDG « bac-2 », d'individus qui ont fait fortune en partant de « moins que zéro », ou qui ont accédé à de hautes fonctions sans qualification. Rappelons René Monory, Bill Gates ( Microsoft ), Steve Jobs ( Apple ), Martin Bouygues, Edouard Lelerc, François Pinault, Ingvar Kamprad ( Ikea ), Amancio Ortega Gaona ( Zara ), Paul Ricard, Marc Simoncini ( Meetic ), Laurent Vimont ( Century 21), Mark Gubbay ( Saupiquet ), Carlos da Siva ( Go Voyages ), … Le cas - particulier - de Bernard Madoff, autodidacte dans un univers de sur-diplômés, figure anti-héros représentative des sans-diplôme, fait aussi bien réfléchir.

On ne peut donc plus encore douter à reconnaître le bon sens émotionnel et intuitif comme compétence professionnelle à part entière. En foi de quoi, le fonctionnement du système Philo's force s'articule autour d'un projet d'intégration à l'emploi au profit de chômeurs à employabilité dite « relative et complexe », détenteurs de caractéristiques atypiques handicapantes, mais supposément instrumentales de la créativité, et révélatrices d'un forme d'intelligence intuitive d'origine émotionnelle.

 

SERENDIPITE

Il n'est pas envisageable de valoriser les pouvoirs de l'intuition dans les processus créatifs, sans s'intéresser à son corollaire, la sérendipité. La « serendipity » chère à Horace Pole, traitée par le sociologue Robert Merton et la chercheuse au CNRS Danièle Bourcier, c'est le don de faire des trouvailles, y compris par hasard. Le sérendipiteur est celui qui sait « à un certain moment tirer profit de circonstances imprévues », c'est celui qui ne se laisse pas dominer par le hasard, mais qui, au contraire, sait tirer parti du hasard. La sérendipité est un état d'esprit qui reflète parfaitement la culture heuristique propre à Philo's Force. Celle-ci repose autant sur la rencontre avec l'homme de la rue, que sur la rencontre de l'innovation au détour d'une pause-café, et toujours, in situ, de fil en aiguille.

 

ECOSYSTEMES D'INNOVATION

La démarche des pôles d'excellence s'inscrit à maints égards dans la logique des stratégies d'application du knowledge management et du networking. En rassemblant grandes écoles, universités, et laboratoires de recherche, en lien avec les pôles de compétitivité, on parvient véritablement à renforcer la coopération entre partenaires publics et privés, incubateurs, entreprises et bailleurs de fond, au grand profit de l'innovation. Mais il faut aller plus loin. L'intérêt d'associer les contrats de pôle, au delà de la R&D, à la gestion des compétences et à l'innovation sociale, devient une évidence. M. Jean Jack Keyranne, président de la région Rhône Alpes, est un ferme promoteur de cette stratégie. Il est effectivement urgent de souder et optimiser les liens incontournables de l'économique et du social pour favoriser l'émergence de véritables écosystèmes de croissance.

Dans le postulat de Philo's Force, la promotion de la sphère sociale et la dynamisation de la sphère économique sont les courroies d'une même chaîne de transmission destinée à produire - en circuit auto-alimenté - la croissance par l'innovation. Car l'innovation est un processus continu et multidimensionnel d'intégration de la nouveauté qui génère et recycle sa propre production.

De fait, Philo's Force se propose de servir la cause de l'innovation en mettant à disposition, aussi bien des pôles de compétitivité que des individus et organismes, chercheurs et décideurs de tout bord, une « social task force » de créativité alternative et complémentaire. Nous vendons une force collective d'intuition humaine, animée par des équipes new age spécialement entraînées à produire de « l'innovation de masse ».

L'agencement de ce dispositif s'articule autour d'un hub de solutions et territoires créatifs. Cela permet d'alimenter un perpétuel bouillonnement culturel, constituer une mémoire collective sur les pratiques performantes, et les échecs, assurer une veille « technologique » sur l'innovation sociale, explorer les tendances qui forment le terreau de l'innovation, et faire collaborer un melting pot de cerveaux en réseau. Tel est l'appareillage logistique dont Philo's Force se dote pour dresser les antennes d'un véritable moteur de recherche humain, catalyseur des forces vives de la créativité.

 

Paola Cicoria, fondatrice de Philo's Force Association



Une approche systémique de la fonction innovation

Un ancrage à une structure intégrative présente sur terrain social et économique

Un système catalyseur de l'innovation

Un système moteur de recherche